Chargement Évènements

« Tous les Évènements

  • Cet évènement est passé

Jinéologie

1 février à 18 h 30 min - 23 h 30 min

Les différents courants féministes s’accordent à dire qu’il y a un problème, mais ils divergent quand il s’agit de définir l’origine du problème. Certains accusent le capitalisme, d’autres le patriarcat, ou encore les religions. Les idées quant à la nature de la femme avancées par les femmes, qu’il s’agisse d’universitaires ou qu’elles soient issues du mouvement social ou de mouvements de femmes s’enracinant dans diverses traditions politiques, partagent de nombreux points communs, mais elles ont aussi des divergences profondes.

Ce vendredi 1 février, nous accueillons deux jeunes femmes d’origine kurde pour nous présenter la jinéologie. Une proposition portée par des femmes qui ont participé à la révolution du Kurdistan. Il s’agit d’ un mouvement féministe de libération ayant vécu des années révolutionnaires. Au cours des 25 dernières années, elles ont inscrit la liberté dans notre époque avec la formation de l’armée des femmes, la création du YAJK (Union de la Liberté des Femmes de Kurdistan), le lancement de l’Idéologie féminine de la libération et le Projet de la vie libre et de la transformation de l’homme et, enfin, les expérimentations du Contrat social et du Confédéralisme féminin.

Ce mouvement a expérimenté certaines façons de transformer la réalité. L’exemple le plus important en date est la résistance héroique des femmes kurdes à Kobanê, au Rojava.

La jinéologie se penche sur la connaissance, les sources de la connaissance et les moyens pour y accéder, dans une perspective de femme. Dans cette perspective, elle réinterprète l’ensemble de nos connaissances acquises. De manière conjointe, elle forme des espaces de connaissance dans la vie sociale, en ayant comme objectif la socialisation et l’individualisation libres.

Elle se sert également des divers disciplines scientifiques, du corpus féministe, des comptes rendus des expériences et des analyses verbales et écrites des femmes actrices dans les luttes populaires révolutionnaires. Elle refuse le scientisme qui nourrit le morcellement du savoir et de la pensée, les théories éclectiques, dogmatiques, superficielles et abstraites, ainsi que les diktats théoriques du mouvement des femmes qui se proclame à la fois le centre et l’épistémologie indiscutable de toutes les femmes.

Dans sa structure de pensée, elle s’efforce d’analyser la nature de l’homme, de la femme, et de la nature sociale, sans couper leurs liens avec les expériences historiques et actuelles.

Aujourd’hui, l’identité féminine est en crise qui résulte de la très grande tension entre les impositions de la raison masculine et la résistance de la réalité féminine face à celle-ci. La question de la jinéologie quant à cette crise est : “comment avoir une identité et une réalité féminine libre à partir de cette identité problématique de femme ?”

Les femmes kurdes savent qu’il est impossible d’être femme, sans lutter contre toutes les forces étatistes, colonialistes et patriarcales. Leurs expériences de vie leur ont enseigné le fait que la féminité est une identité construite socialement et qu’être femme n’est possible qu’avec le développement d’un processus social.

Elles revendiquent la jinéologie pour rendre forts et invincibles les mécanismes de l’autodéfense et de la légitime-défense de la femme. La jinéologie avant tout comme une science de l’auto-défense et de la légitime-défense.

 

Rencontre avec Aysel Aris et Gulistan Ozer.

Détails

Date :
1 février
Heure :
18 h 30 min - 23 h 30 min
Catégorie d’Évènement:

Lieu

CCKali
rue saint-thomas 32
Liege,